Construire un scénario de protection, suite

Publié le


Le scénario de protection est une série de mesures identifées avec la femme et mises en place afin de s’assurer d’un moyen pour agir rapidement en situation d’urgence et de grand stress,

Vérifier s’il y a des armes dans la maison et si elles sont facilement accessibles :

  • Est-il possible de les cacher ou de cacher les munitions ?
  • Peut-elle les mettre sous verrou et cacher la clé ?
  • Peut-elle cacher les couteaux de cuisine ?

Placer les effets à emporter rapidement et les cacher dans un endroit près de la sortie :

  • Ne pas le faire si cela représente un danger de violence accrue si le conjoint les découvre.

Garder sur soi ou mémoriser le numéro de téléphone de la Maison d’hébergement la plus proche de chez soi ou de tout autre endroit où se réfugier rapidement et en toute sécurité :

  • Communiquer à l’avance avec les intervenantes d’une de ces Maisons pour savoir si elle peut s’y rendre d’urgence et prévoir un moyen de transport.

Préparer à l’avance tout ce dont elle-même et les enfants auront besoin pour le départ, si c’est possible de le faire sans danger :

  • Ranger le tout dans un endroit discret ou même chez une voisine ou un membre de la famille.
  • Consulter la feuille « Quoi prendre en partant ?  » pour guider la femme.
  • Prévoir le moyen de transport, le lieu de refuge et le moment propice.
  • S’assurer de la complicité d’une tierce personne au besoin.

Le scénario de protection est une mesure d’urgence et ne doit pas constituer un moyen pour survivre en vivant avec un conjoint violent. Inviter la femme à agir avant que la violence ne survienne et à prendre des moyens pour briser le cercle de la violence. Offrez-lui de la documentation qui pourra lui apporter un nouvel éclairage sur la violence qu’elle a subie. Faites-lui part de l’aide que peuvent lui apporter les ressources en violence conjugale telles : les Maisons d’hébergement, les Centres de femmes, les CLSC, etc. Lui dire quel soutien elle pourra trouver à ces endroits (hébergement, information sur ses droits et sur les différentes démarches, accompagnements, support moral et technique, rencontres individuelles et en groupe).

Sources : CLIPP, CECOM, 2002. Trousse d’information sur le dépistage de la violence conjugale, 114 pages.

Michelle Cody, intervenante à La Gigogne