Mois: septembre 2015

Semaine d’action contre la violence et l’intimidaiton à l’école

Publié le

Pas besoin de violence

Qui que tu sois, quoi que tu penses

Dans notre milieu on respecte les différences

Pas besoin de crier pour communiquer

Laisses ton masque derrière toi

Qui que tu sois il y a une place pour toi

Pas besoin d’humilier pour te remonter

Tout l’monde à de belles qualités

Mais il n’en tient qu’à toi de bien les exploiter

Pas besoin d’frapper pour te faire respecter

Qui que tu sois tente d’en parler

Va demander de l’aide à un adulte o.k.

Pas besoin de vouloir être numéro un

tout l’monde est différent

Voilà pourquoi vous êtes des êtres si importants

intimidation2015

Les intervenantes jeunesse

La Gigogne, Matane

Matane accueille la Caravane des résistances et solidarités féministes

Publié le Mis à jour le

Notre équipe sera là pour accueillir la Caravane des résistances et solidarités féministes de la Marche Mondiale des Femmes 2015

MMF_Matanie_2015

 »Dans le cadre de la 4ième Action internationale de la Marche Mondiale des Femmes (MMF) qui mobilise des femmes dans plus de 40 pays à travers le monde, aura lieu à Matane le 8 octobre, le premier passage au Bas-Saint-Laurent de la Caravane des résistances et solidarités féministes.

Nous convions toute la population à se joindre à une action en lien avec la protection de l’eau et de l’environnement.

1) Rassemblement à 13h00 au quai de Matane pour accueillir la Caravane en provenance de la Côte-Nord, suivi d’une courte marche (700 m) et d’un

2) Point de presse à La fabrique – Brasserie artisanale et discussions informelles avec les membres de la Caravane.

C’est sous le thème Libérons nos corps, notre Terre et nos territoires que la Caravane parcourra en 24 jours plus de 4000 km pour aller à la rencontre de femmes qui se mobilisent partout au Québec pour résister aux politiques d’austérité qui reproduisent et renforcent les inégalités, pour contrer la destruction environnementale et s’opposer à la logique militaire et à la répression des mouvements sociaux. »

Déclaration sur la prostition

Publié le Mis à jour le

Déclaration du Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale sur la prostitution

Adoptée par le Conseil des régions en avril 2015 suite à la consultation des maisons membres

Considérant que les maisons membres partagent la vision que :

• Le travail du sexe n’est pas un travail comme les autres;

• la prostitution est un non choix pour la majorité des femmes qui l’exercent;

• La prostitution est pour la majorité des femmes qui l’exercent une forme d’oppression et d’exploitation sexuelle, indissociable des rapports de pouvoir entre les sexes; • La prostitution constitue une marchandisation du corps et de la sexualité, particulièrement des filles et des femmes, et est une atteinte à leur droit à l’égalité;

• L’exploitation sexuelle se situe dans un continuum qui inclut la prostitution, la pornographie, l’esclavage sexuel, la traite des êtres humains et les agressions sexuelles de toutes sortes; • Cette exploitation a un impact à court et à long terme sur la santé physique et mentale et l’estime de soi des femmes;

• L’exploitation marchande du corps des femmes, largement banalisée et considérée comme inévitable, a aussi un impact sur toutes les femmes en tant que groupe. Considérant que les maisons membres constatent que : • Peu de moyens et de ressources existent pour aider les femmes à sortir de la prostitution;

• Dans la majorité des cas, l’insécurité économique et l’appauvrissement poussent les femmes vers la prostitution et que cette précarité économique va en s’amplifiant. Considérant que les maisons membres sont préoccupées que les mesures prises ne mettent pas en péril la sécurité des femmes dans l’industrie du sexe.

Considérant que les maisons membres estiment que les personnes prostituées ne sont pas des criminelles.

1. Il est proposé que le Regroupement poursuive ses efforts pour lutter contre le patriarcat et le capitalisme qui permettent l’exploitation et la marchandisation du corps des femmes.

2. Il est proposé que le Regroupement : a. poursuive l’objectif de l’élimination de la prostitution, tout comme il poursuit l’objectif de l’élimination de la violence conjugale; b. réaffirme que les femmes qui exercent la prostitution ne doivent pas être criminalisées.

3. Il est proposé que le Regroupement revendique :

a. L’élaboration d’une politique en matière d’exploitation sexuelle s’inspirant de celle en matière de violence conjugale et de son plan d’action;

b. La mise en œuvre de mesures sociales pour lutter contre la pauvreté et assurer aux femmes un revenu décent leur permettant de faire des réels choix;

c. La dispensation de cours d’éducation sexuelle et sur les rapports égalitaires dans les écoles;

d. La tenue des campagnes de sensibilisation décourageant l’achat de faveurs sexuelles;

e. L’accès aux services sociaux, de santé, judiciaires et policiers sans discrimination ni préjugés pour toutes les personnes prostituées, ainsi que des formations spécifiques pour les intervenantEs des réseaux publics;

f. La mise en place de mécanismes de soutien et de services d’aide à l’emploi pour les femmes dans l’industrie du sexe qui souhaitent se tourner vers un autre emploi;

g. La mise en place de mesures de réduction des méfaits pour les femmes qui sont dans la prostitution et qui ont besoin de soutien;

h. La création et le financement de services d’aide et d’hébergement spécifiques accessibles aux femmes qui veulent en sortir, à celles qui ont besoin de répit ou à celles dont la sécurité est menacée;

i. L’assignation de policières et policiers responsables du dossier prostitution tout comme il y a des porteurs des dossiers agressions sexuelles et violence conjugale.

Un automne d’actions et de mobilisations féministes !

Publié le

Communiqué pour diffusion immédiate –  Table de concertation des groupes de femmes du BSL

Bas-Saint-Laurent, le 17 septembre 2015 – Le lancement de la Caravane des résistances et solidarités féministes aura lieu le 23 septembre à Montréal dans le cadre de la 4ième Action internationale de la Marche Mondiale des Femmes (MMF) qui mobilise des femmes dans plus de 60 pays à travers le monde. C’est sous le thème Libérons nos corps, notre Terre et nos territoires que la Caravane parcourra en 24 jours plus de 4000 km pour aller à la rencontre des femmes des régions qui se mobilisent partout au Québec pour résister aux politiques d’austérité, pour contrer la destruction environnementale et s’opposer à la logique militaire.

MMF_2015_2

La Caravane des résistances et solidarités féministes s’arrêtera 2 fois au Bas-St-laurent. Une première fois à Matane le 8 octobre où les militantes et les militants sensibiliseront la population à l’importance de protéger l’eau et l’environnement. Puis, une deuxième fois à Rivière-du-Loup le 16 octobre où les femmes feront une action symbolique en lien avec la militarisation et se mettront en marche contre l’austérité.

Lors de ces 2 rencontres, les femmes, les féministes et les groupes alliés auront l’opportunité d’échanger avec les membres de la Caravane qui seront témoins des luttes et des alternatives que développent les femmes dans leurs communautés et sur leurs territoires partout au Québec. Ils auront aussi l’occasion de rencontrer les porte-paroles régionales, soit Marie-Andrée Mathieu, agricultrice bio de la Matapédia et Anne Archambault, grande cheffe de la première nation Malécites de Viger.

Le rassemblement national aura lieu à Trois-Rivières le 17 octobre. 5 autobus partiront du Bas-St-Laurent en direction de Trois-Rivières pour participer à cette grande Action.

Comme le mouvement des femmes du Québec entretient des liens étroits avec les femmes autochtones, des activités auront également lieu dans plusieurs MRC du BasSaint-Laurent pour souligner le 4 octobre, journée de solidarité avec les femmes autochtones disparues ou assassinées.

Pour plus d’informations, nous vous invitons à visiter notre page Facebook intitulée Marche Mondiale des Femmes Bas-Saint-Laurent.

-30-

SOURCE : Nathalie Bernier, Table de concertation des groupes de femmes du BSL 418 562-7996

Une motion en faveur de la lutte à l’analphabétisme adoptée à l’unanimité

Publié le Mis à jour le

RGPAQ

Communiqué

Rentrée parlementaire à Québec :

Une motion en faveur de la lutte à l’analphabétisme adoptée à l’unanimité par l’Assemblée nationale

Montréal, le 16 septembre 2015 – Le Regroupement des groupes populaires en alphabétisation du Québec (RGPAQ) se réjouit de l’adoption à l’unanimité, hier par les membres de l’Assemblée nationale, d’une motion en faveur de la lutte à l’analphabétisme.

Cette motion, présentée conjointement par madame Manon Massé, députée de Sainte-Marie–Saint-Jacques pour Québec solidaire, et monsieur Dave Turcotte, porte-parole de l’opposition officielle en matière de formation professionnelle, d’éducation des adultes et d’alphabétisation, se lit comme suit :

« Que l’Assemblée nationale reconnaisse l’ampleur du problème de l’analphabétisme au Québec et de ses conséquences ainsi que ses liens indéniables avec la pauvreté et l’exclusion;

 Que l’Assemblée nationale reconnaisse la nécessité d’adopter des mesures structurantes pour lutter contre l’analphabétisme au Québec;

 Que l’Assemblée nationale reconnaisse le rôle essentiel joué par les groupes populaires d’alphabétisation dans leur communauté pour, d’une part, contrer l’analphabétisme et, d’autre part, pour appuyer des milliers d’individus dans leur cheminement vers l’écrit et l’amélioration de leurs conditions de vie. »

Pour le RGPAQ, il y a urgence d’agir pour mieux lutter contre l’analphabétisme au Québec. Depuis 2011, il réclame d’ailleurs du gouvernement du Québec qu’une stratégie nationale de lutte à l’analphabétisme soit développée de concert avec les acteurs concernés. « Nous devons nous attaquer collectivement aux causes et aux conséquences du problème de l’analphabétisme. C’est le travail quotidien des groupes populaires d’alphabétisation. À la suite de l’adoption de cette motion, nous espérons que ce sera aussi celui du gouvernement et de tous les élus à Québec » souligne Christian Pelletier, coordonnateur du RGPAQ.

Le député de Saint-Jean, monsieur Dave Turcotte, a également fait une déclaration invitant notamment l’ensemble des élus à lire attentivement le recueil de conjugaisons, Bêcherons – Conjuguer l’Austérité qui leur a été acheminé le 8 septembre dernier à l’occasion de la Journée internationale de l’alphabétisation. Ce recueil rappelle que les politiques d’austérité du gouvernement du Québec et les compressions budgétaires généralisées qui les accompagnent ne seront pas sans effet sur notre capacité collective à mieux lutter contre l’analphabétisme au Québec. D’une part, ces politiques appauvrissent davantage les adultes peu alphabétisés et leur famille et, d’autre part, elles fragilisent les acteurs et les initiatives qui contribuent à lutter contre l’analphabétisme. « Alors que les politiques d’austérité alimentent le cercle vicieux de l’analphabétisme et de la pauvreté, la motion adoptée hier invite plutôt à y mettre un terme » conclut le coordonnateur du RGPAQ.

Notre recueil de conjugaisons, Bêcherons – Conjuguer l’Austérité, est accessible à l’adresse suivante : http://www.rgpaq.qc.ca/actualites.php

-30-

Le RGPAQ est un organisme voué à la promotion et au développement de l’alphabétisation populaire et des groupes populaires en alphabétisation ainsi qu’à la défense des droits des adultes peu alphabétisés. Il partage avec l’ensemble du mouvement de l’action communautaire autonome la vision d’une société juste, égalitaire et démocratique.

Information :           Caroline Meunier

Cell. : 514 880-7762