Troc Bsl

luttes et victoires des organismes communautaires autonomes à souligner !

Publié le

COMMUNIQUÉ
Pour diffusion dès le 22 octobre 2018

Semaine nationale de l’action communautaire autonome 2018 : luttes et
victoires des organismes communautaires autonomes à souligner !

Rimouski, le 22 octobre 2018 – La Table régionale des organismes communautaires du Bas-Saint-Laurent
(TROC) souhaite souligner la Semaine nationale de l’action communautaire autonome coordonnée par le
Réseau Québécois de l’action communautaire autonome. Cette Semaine, qui se tiendra du 22 au 28 octobre
2018, vise à valoriser le travail des 4000 organismes d’action communautaire autonome (ACA) et à rendre
hommage aux 60 000 travailleuses et travailleurs ainsi qu’aux 425 000 bénévoles qui s’y activent partout
au Québec.

L’action communautaire autonome : NOS LUTTES, NOS VICTOIRES est le thème choisi cette année pour
rappeler à la population les grandes victoires collectives que nous avons réalisées en tant que société grâce
à la contribution du mouvement de l’ACA. Les organismes communautaires constituent un moteur de
progrès social qui a notamment inspiré la création de plusieurs des services publics, des programmes
sociaux ou encore des législations importantes au Québec. Par exemple, le réseau des CLSC, l’aide juridique,
les CPE ou encore la Loi visant à lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale ont été créés à partir de
modèles mis sur pied par le mouvement de l’ACA. Ce mouvement a toujours été et continu d’être une
locomotive qui tire notre société vers une plus grande justice sociale. Par le biais de cette Semaine, nous
souhaitons ainsi rappeler cette mémoire, rendre hommage à ces infatigables actrices et acteurs, mettre
l’accent sur l’importance de l’action collective des organismes qui a su apporter et qui continu d’apporter
des solutions adaptées aux besoins des communautés. « En plus des luttes qu’ils mènent pour une
transformation sociale, les organismes communautaires travaillent avec une approche globale de la santé
et du bien-être qui, se voulant préventive, vise à améliorer les conditions de vie des gens et à défendre leurs
droits, ayant par le fait même un impact majeur sur leurs conditions de santé », rappelle Émilie SaintPierre,
coordonnatrice à la TROC du Bas-Saint-Laurent.

Dans le cadre de cette Semaine, les 114 municipalités et les 4 député-e-s de la région ont été invités à
souligner le travail des organismes communautaires autonomes par le biais d’une motion au conseil
municipal, d’une publication sur leurs réseaux sociaux, d’une lettre ouverte, ou par l’entremise de tout
autre moyen. L’apport des organismes communautaires autonomes au progrès social du Québec, à
l’amélioration de la qualité de vie de la population et leurs retombées dans les différentes localités sont
honorés en cette Semaine nationale de l’ACA !

-30-

La Table régionale des organismes communautaires du Bas-Saint-Laurent est un regroupement de 92
organismes communautaires autonomes de la région du Bas-Saint-Laurent intervenant principalement
dans le domaine de la santé et des services sociaux. Depuis 23 ans, elle agit à titre de porte-parole des
organismes communautaires quant aux dossiers liés à la promotion et à la défense de leurs spécificités et
de leurs pratiques alternatives. La TROC est un lieu d’analyse et d’action sociale et politique basés sur les
besoins et les réalités de ses membres. Elle fait la promotion des intérêts des organismes communautaires
et ceux des populations auprès desquelles ils interviennent.

Les organismes communautaires autonomes viennent en aide aux femmes, aux hommes, aux familles, aux
personnes démunies, aux personnes vivant avec un handicap, aux jeunes, auprès des aînéEs, etc. La
réappropriation du pouvoir par les personnes est à la base de leur approche. L’écoute, l’entraide, la défense
des droits, ainsi que des activités d’information et d’éducation populaire sont partie intégrante de leur
quotidien. Les organismes portent des valeurs de justice sociale et d’égalité.

Pour information : Émilie Saint-Pierre
Téléphone : 418-722-0621 | Cellulaire : 418-725-9434
Courriel : info@trocbsl.org

 

Le 7 février, les organismes communautaires autonomes du Bas-Saint-Laurent appuient les occupations de Québec et de Montréal

Publié le

Communiqué de presse                                                                                                                                             

Le 7 février, les organismes communautaires autonomes du Bas-Saint-Laurent appuient les occupations de Québec et de Montréal

Rimouski, le 7 février 2017 — Dans le cadre de la campagne « Engagez-vous pour le communautaire », plusieurs organismes d’action communautaire autonome du Québec se sont donnés rendez-vous aujourd’hui pour une action nationale d’éclat consistant à occuper simultanément deux édifices gouvernementaux, un à Québec et un à Montréal, sous le thème : « Leitão : nos vies, c’est pas un jeu ! » Tout comme le jeu Monopoly, les organismes communautaires ont l’impression qu’avec  les politiques « d’austérité » du gouvernement libéral, si nous ne sommes pas riches, nous sommes toutes et tous perdant-e-s. En coupant dans les services publics et les programmes sociaux, le ministre des Finances joue avec la vie des gens qui se retournent vers les organismes communautaires pour obtenir de l’aide. Ces organismes croulent déjà sous le poids du sous-financement et ne peuvent pas toujours répondre à l’augmentation des besoins de la population. Les 4000 organismes communautaires autonomes ont besoin de 475M$ supplémentaires pour réaliser pleinement leur mission, ce qui constitue moins de 1 % du budget des dépenses de programmes du gouvernement. Tout comme les services publics et les programmes sociaux, les organismes communautaires sont un moteur de progrès social essentiel au développement d’une société plus juste, inclusive et égalitaire. Depuis la fin janvier, les organismes communautaires ont envoyé des cartes postales au ministre des Finances Carlos Leitão pour lui faire part de leurs doléances et des trésors du communautaire.

 

Les organismes communautaires autonomes du Bas-Saint-Laurent sont solidaires aux occupations en simultanée à Québec et Montréal pour exiger que le gouvernement réinvestisse dans les services publics et les programmes sociaux, qu’il soutienne adéquatement l’action communautaire autonome par l’augmentation de son financement et le respect de l’autonomie des 4000 groupes communautaires. Ces occupations s’inscrivent dans le cadre d’une action pré-budgétaire. En effet, les organismes en ont assez des choix budgétaires du gouvernement. « Il existe des solutions fiscales et des mesures de contrôle des dépenses qui permettraient de renflouer les coffres de l’État de 10 milliards $ par année, tout en redistribuant la richesse. Les hausses régressives de taxes, les coupes dans les programmes sociaux et l’imposition de tarifs ne sont pas les seules options existantes. Ce n’est qu’une question de choix et le Québec aurait les moyens de faire autrement», souligne Émilie Saint-Pierre co-porte-parole régionale. Le milieu communautaire réclame donc la fin des politiques d’austérité du gouvernement Couillard et un réinvestissement pour s’assurer que les services publics et les programmes sociaux que la société québécoise a bâtis au cours des 60 dernières années soient accessibles à toutes et tous.

 

Au Bas-Saint-Laurent, le manque à gagner est de plus de 20 millions de dollars pour environ 170 organismes communautaires autonomes. Les groupes communautaires gèrent de la décroissance et ce sous-financement chronique a pour conséquence d’entraîner un épuisement sur les équipes de travail, qui doivent de plus en plus faire plus avec moins « Les subventions de nombreux groupes progressent peu depuis une dizaine d’années. Et pour une partie des groupes, les subventions ne sont pas indexées et quand elles le sont, c’est à des taux qui ne permettent pas de couvrir la hausse des frais de fonctionnement» indique Anaïs Giroux-Bertrand, co-porte-parole régionale. Rappelons que les organismes communautaires travaillent quotidiennement par, pour et avec la population.

 

-30-

 

Pour information et demande d’entrevue :

 

Émilie Saint-Pierre                           Anaïs Giroux-Bertrand

Téléphone : 418-722-0621                Téléphone : 418-867-5885 poste 103

Cellulaire : 418-898-6009

TROC du Bas-Saint-Laurent             CDC du KRTB