Qu’est-ce que le cycle de la violence conjugale ?

Publié le

Les agressions conjugales surviennent à l’intérieur du « cycle de la violence conjugale ». Ce cycle, qui est mis en place et orchestré par l’agresseur, permet à celui-ci de maintenir sa domination sur sa conjointe.

Le cycle de la violence conjugale est un cercle vicieux qui comporte 4 phases : le climat de tension, la crise, la justification et la lune de miel.

Dans une relation conjugale marquée par la violence, ce cycle se répète plusieurs fois et de façon de plus en plus accélérée. Plus le cycle se répète, plus la phase de la « lune de miel » raccourcit, jusqu’à disparaître.

Dans un prochain article, nous verrons plus en détail ce cycle de la violence.

adapté de la chronique violence conjugale de Michelle Cody, intervenante à La Gigogne

L’enfant victime de violence conjugale a aussi besoin d’aide

Publié le Mis à jour le

« Quand papa et maman se chicanaient…je me sentais comme une guerre. »*

À La Gigogne, tu trouveras des intervenantes jeunesse pour venir en aide auprès de tes enfants :

Avec toi et tes enfants, l’intervenante jeunesse :

  • t’accueille et te soutient dans ton vécu de violence et celui de tes enfants
  • crée un climat de confiance et de sécurité
  • travaille à diminuer les effets de la violence conjugale
  • consolide ton lien mère/enfant
  • te supporte et t’outille  dans tes compétences parentales
  • favorise l’adoption de comportements pacifiques
  • encourage l’expression et la gestion des émotions des enfants

Pour de l’aide ou de l’information, contacte-nous, c’est gratuit et confidentiel : 418-562-3377 ou intervenantesgigogne@hotmail.com

ou S.O.S. Violence conjugale 1-800-363-9010

* extrait du dépliant produit par Les Maisons d’hébergement du Bas-Saint-Laurent

Message de la Rose des vents

Publié le Mis à jour le

La Rose des vents est, comme La Gigogne, une maison d’aide et d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale et leurs enfants. Voici leur opinion sur le registre des armes à feu, publié aujourd’hui dans l’Express de Drummonville :

http://www.journalexpress.ca/Opinion/Tribune-libre/2011-04-29/article-2466171/Le-controle-des-armes-a-feu,-incluant-le-registre-des-armes-d%26rsquo%3Bepaule,-sauve-des-vies/1

Les formes de violence

Publié le Mis à jour le

  • la violence verbale :

Votre partenaire vous: crie après, sacre après, parle d’un ton autoritaire ou, au contraire, utilise une intonation et choisit une manière de s’exprimer que vous êtes seule à comprendre, de sorte que si vous ne répondez pas à ses attentes, vous risquez d’être violentée, etc.

  • la violence psychologique :

Votre partenaire vous: critique, découragge dans vos initiatives, insulte, rejette, isole de vos amiEs ou de votre famille, vous menace, fait subir une série d’attitudes et de propos méprisants et insultants: « ta cuisine n’est pas mangeable », « t,es pas capable d’élever tes enfants comme du monde », « t’es bonne à rien », etc.

  • la violence sexuelle:

Votre partenaire vous: oblige ou insiste fortement à avoir des rapports sexuels avec lui ou avec d’autres, impose l’utilisation de matériel pronographique, compare physiquement ou sexuellement à d’atures femmes. Il ne tient pas conmpte des enfants lorsqu’il veut une relation sexuelle, etc.

  • la violence économique:

Votre partenaire vous: défend de travailler ou vous oblige à le faire, refuse l’accès à l’information concernant les ressources financières, oblige à payer ses dettes personnelles avec vos cartes de crédit ou votre argent, etc.

  • la violence physique:

Votre partenaire vous: gifle, donne des coups de poing, bouscule, frappe, immobilise, lance ou détruit des objets ou vos effets personnels, etc.

L’utilisation de ces formes de violence permet à l’agresseur d’adapter ses stratégies de contrôle selon la réaction de sa partenaire. Et les formes de violence qu’il utilisera dans ses stratégies ne suivront pas nécessairement un parcours linéaire. L’exemple d’une femme assassinée par son conjoint sans avoir subi de violence conjugale au préalable démontre bien que la violence conjugale n’est pas une escalade d’agressions qui commence avec la violence psychologique pour se terminer avec le meurtre ou la tentative de meurtre.

Michèle Cody, internvenante à La Gigogne

Besoin d’aide, de parler : 418-562-3377 ou intervenantesgigogne@hotmail.com