Violence contre les femmes: un fléau toujours bien enraciné

Publié le Mis à jour le

Anabelle Nicoud
La Presse – 6 juin 2011

Pourquoi la violence contre les femmes persiste-t-elle? C’est à cette vaste question qu’ont tenté de répondre hier les invités du deuxième colloque international consacré à la violence envers les femmes, à Montréal, en conclusion de quatre jours de débats, de conférences et d’activités…

http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/national/201106/02/01-4405271-violence-contre-les-femmes-un-fleau-toujours-bien-enracine.php

La violence conjugale aussi présente chez les jeunes

Publié le Mis à jour le

Un texte de Marie-Pier Tremblay – Mardi 31 mai 2011

On associe généralement la violence conjugale aux couples mariés qui
en viennent aux coups. Pourtant, les jeunes souffrent beaucoup de violence dans
leurs relations amoureuses. La problématique est d’autant plus sournoise qu’elle…

http://www.larevue.qc.ca/actualites_violence-conjugale-aussi-presente-chez-jeunes-n20745.php

Pas de diminution de la violence envers les femmes

Publié le Mis à jour le

Plus de 600 chercheurs, intervenants et décideurs politiques sont réunis à Montréal à l’occasion du colloque international sur la violence envers les femmes.

Le colloque, qui se tiendra jusqu’au 1er juin, tentera de présenter des pistes de solutions, y compris des façons efficaces d’intervenir.

Avec le reportage de Christine Limoges

Guylaine Fournier : la nature d’une féministe

Publié le Mis à jour le

Sur le plan professionnel, le discours féministe est comme une seconde nature pour la directrice de La Gigogne de Matane. Sur le plan personnel, avec son terrain d’un hectare et demi, une autre nature prend
le dessus: le grand air, la faune ailée, l’appel de la forêt, la présence calmante de l’eau. Bref, l’autre nature de Guylaine Fournier n’est rien d’autre que… la nature!

«Mon dada, c’est la représentation et le discours féministes, même dans ses aspects politiques», souligne Mme Fournier, qui a débuté comme intervenante en 1989. Mais avant tout, la directrice de la Maison d’aide et d’hébergement pour les femmes victimes de violence conjugale et leurs enfants a le feu sacré. Même
après presque vingt ans, elle est encore animée par la volonté d’aider les femmes.

Les rêves de la directrice de ce centre d’aide sont à son image, c’est-à-dire altruiste et portés par un goût de changer les choses. «Je souhaite que nos enfants soient heureux et en santé», formule-t-elle, tout en
ne cachant pas sa hâte de devenir grand-mère. Son autre rêve n’est rien de moins que la paix dans le monde. «Il y a trop de violence»,déplore-t-elle.

Texte et photo de Johanne Fournier – décembre 2008


Erratum

Publié le Mis à jour le

« La Gigogne prévoit la constrution d’une maison de seconde étape au centre-ville », un très bel article paru dans la Voix Gaspésienne du 22 mai 2011.

Toutefois, nous souhaitons apporter une petite correction.

On peut y lire que La Gigogne a obtenu l’appui de « la Chambre de commerce région Matane ». Il fallait lire la Corporation de développement communautaire région Matane (CDC région Matane). Il s’agit de l’ancienne Table des organismes communautaires http://cdcregionmatane.wordpress.com/ qui regroupe une dizaine d’organismes et d’entreprises d’économie sociale de la MRC de Matane.

Marie-Laure Leymonie, Chargée du projet l’Entre-Temps

entretempsgigogne@hotmail.com