violence conjugale

Campagne des 12 jours d’actions pour l’élimination de la violence faite aux femmes

Publié le

« La campagne de cette année a pour objectif de sensibiliser un large public sous le thème « La violence envers les femmes continue d’exister parce que…». Elle souhaite mettre en évidence la responsabilité individuelle et collective que nous avons, toutes et tous, de faire cesser la violence envers les femmes. En effet, trop de personnes continuent de justifier cette violence, considèrent qu’elle est chose du passé ou que cela ne concerne qu’un nombre restreint de femmes. Et pourtant, la violence envers les femmes persiste ! »

http://www.ffq.qc.ca/2011/11/vers-les-12-jours-daction/

Violence conjugale : un programme pour prévenir l’irréparable

Publié le

Agence QMI  15/11/2011 22h49

« MONTRÉAL — La police de Montréal ajoute un nouvel outil, unique en Amérique du Nord, à son arsenal pour prévenir les drames conjugaux. »…

http://fr.canoe.ca/infos/regional/archives/2011/11/20111115-224912.html

 

 

Comment vous dire compagnons de route…!

Publié le Mis à jour le

« Que je vis et que je meurs tous les jours….

Que je vis en harmonie avec moi-même lorsque je franchis des peurs, que je me lance des défis, que je m’affirme et que j’acquiers des connaissances que je partage avec l’ensemble des femmes qui souffrent.

Que je meurs des gestes disgracieux de certains hommes, de leur manque de respect, de leur regard condescendant réservé aux soi-disantes féministes.

Que j’ai le sentiment de ramasser la haine à la pelle, lorsque j’entends annoncer leurs meurtres de femmes que l’agresseur jugeait fautive; ce maudit hiver de haine qui s’éternise…

Que tous les jours, je rêve d’être acceptée, choyée et validée dans mon désir de liberté par l’autre genre.

Que j’ai besoin de vous, hommes aimants, pour vaincre ce désir de domination et de destruction de vos pairs. Osez exprimer que les compromis intégrés à votre vie, pour en répartir les bénéfices équitablement, vous ont permis de sortir du joug du modèle stéréotypé de l’homme froid et insensible. Parler de votre gain de liberté et des liens de complicité qui vous rapprochent des femmes. Faites réfléchir vos connaissances, vos copains sur les blagues dégradantes ou cruelles à l’endroit des femmes et qui se retournent contre votre fille, votre mère, votre conjointe…, afin qu’ils saisissent la portée des mots qu’ils utilisent.

Puis-je espérer de vous, hommes libres, que vous soyez des modèles pour inciter les autres à aller plus loin. Surtout…, surtout…, prenez position contre la violence faite aux femmes. »

Marie Gagnon, Intervenant à La Gigogne

Violence conjugale ou chicane de couple ?

Publié le Mis à jour le

Dans un couple où la violence se produit, il y a en a un qui cherche inévitablement à gagner le pouvoir sur l’autre et c’est toujours le même , l’agresseur, alors que l’autre partenaire tente de se défendre ou de se protéger. La domination n’origine donc pas tantôt l’un et tantôt l’autre, comme c’est le cas dans les chicanes de couple où l’initiateur du conflit peut alterner selon les situations. L’agresseur cherche en fait à imposer sa volonté, son pouvoir sur l’autre. C’est habituellement cette recherche de pouvoir qui le guide dans ses actions et dans ce sens, tous les prétextes sont bons.

 La chicane de couple, quant à elle, est l’expression d’un différend entre deux partenaires. Dans ce cas, ce n’est pas tant le pouvoir sur l’autre qui est en jeu mais le désir de convaincre l’autre de son point de vue et de gagner sur la situation. Les deux argumentent alors de la validité de leur position.

En violence conjugale, l’agresseur utilisera différentes statégies pour faire basculer le pouvoir de sa victime et l’amener ainsi à se soumettre à lui. Des moyens souvent variés : moqueries, dénigrement des personnes de son entourage, humuliatons devant ceux et celles qu’elle estime, crise de jalousie et interdictions dans les allées et venues, contrôle des dépenses, attaques verbales et menaces, objets lancés sur les murs ou mains enserrant le cou, allant parfois jusqu’à des coups de pied, des coups de poing.

Pour conclure, la chicane de couple s’avère tout à fait normale dans notre société. Par contre, la violence conjugale est inacceptable et doit être dénoncée.

Michèle Cody, intervenante à La Gigogne

Pour parler à une intervenante de La Gigogne : 418-562-3377 ou intervenantesgigogne@hotmail.com