Projet de loi 42, un recul historique pour les femmes

Publié le Mis à jour le


Le Devoir – 19 mai 2015 | Rosette Côté – Ex-présidente de la Commission de l’équité salariale | Québec

ABOLITION DE LA COMMISSION DE L’ÉQUITÉ SALARIALE

 » Un silence plutôt étonnant règne sur le projet de loi 42. L’enjeu est majeur pour les travailleuses. Il s’agit de l’abolition de la Commission de l’équité salariale (CES) et de sa fusion en un organisme en relations du travail financé par les employeurs et chargé d’administrer un droit fondamental garanti par les chartes. Serait-ce que des tractations secrètes lui aient réglé son sort ? N’ai-je pas connu cela sous mon mandat : des attaques en catimini contre la pertinence de la Commission ?

Depuis 2001, l’abolition de la Commission est un sujet récurrent. Des rapports internes pilotés par des hommes concluaient au même sort, sous des prétextes budgétaires. Quelles sont maintenant les motivations de ce gouvernement ? Souscrire aux demandes des employeurs qui ne veulent pas de surveillance de l’État ? Restreindre la portée de la loi ? S’exclure à moitié comme employeur ? Ou avoir conclu une entente secrète avec des employeurs, même des syndicats, sans se soucier de la parole des femmes, en faisant miroiter que l’argent de la CSST va servir à d’autres causes ? »….

Pour lire la suite : voir l’article du Devoir

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s