L’Entre-Temps a besoin de 65 000 $

Publié le Mis à jour le


Joël L’Avantage gaspésien

Joël Charest Publié le 12 avril 2016

 

© Photo TC Media - Joël Charest - Dans l'ordre habituel, Mimi Lavoie, présidente du C.A. de La Gigogne, Kent Murray, président de la campagne de financement 2016, Michèle Cody, coordonnatrice de la Maison l'Entre-Temps, Jacythe Savard et Maryse Caron membres du comité de financement.
© Photo TC Media – Joël Charest – Dans l’ordre habituel, Mimi Lavoie, présidente du C.A. de La Gigogne, Kent Murray, président de la campagne de financement 2016, Michèle Cody, coordonnatrice de la Maison l’Entre-Temps, Jacythe Savard et Maryse Caron membres du comité de financement.

 

 »COMMUNAUTAIRE. La maison l’Entre-Temps, située à Matane, a besoin d’un appui financier récurrent de la part des autorités gouvernementales pour poursuivre sa mission. Cette seule ressource de 2e étape pour femmes violentées au Bas-Saint-Laurent lance une campagne de financement pour amasser 65 000 $.

Bien que les six unités locatives de la maison s’autofinancent grâce au Programme de supplément au loyer de la Société d’habitation du Québec et aux revenus de loyers qu’elle perçoit, la maison l’Entre-Temps ne dispose d’aucune enveloppe budgétaire pour assurer son fonctionnement.

Inaugurée en décembre 2014, cette maison 2e étape sert de lien entre un milieu d’hébergement pour femmes victimes de violence (tel que La Gigogne) et le retour à la vie en appartement. « Les femmes sont ici pour une durée maximale de 3 à 24 mois, nous les aidons à reprendre confiance et à briser le cycle de la violence. Nous leur donnons les outils nécessaires pour préparer leur retour dans la communauté », précise la coordonnatrice Michèle Cody.

En plus d’effectuer la gestion administrative et d’offrir du support aux locataires, la coordonnatrice de la maison depuis son ouverture et intervenante de formation, doit assurer toutes les tâches relatives à l’entretien et aux opérations puisqu’elle est la seule employée. « Une chance que j’ai de bons bénévoles et partenaires pour m’aider à voir à toutes les tâches quotidiennes », souligne Michèle Cody.

Les bénévoles de l’Entre-Temps solliciteront les gens d’affaires afin d’amasser les sommes nécessaires pour soutenir les opérations de la maison en 2016. L’objectif de 65 000 $ représente une somme de 30 $ par jour par logement. Ils ont maintenant l’intention d’interpeller le ministre Gaétan Barrette pour obtenir une reconnaissance et un financement à long terme. Le gouvernement fédéral, qui a annoncé une nouvelle mesure d’aide pour les femmes victimes de violence, pourrait également être mis à contribution.

« Cette maison vous aide à vous reprendre en main et surtout à vous loger à moindre prix. L’Entre-Temps est indispensable pour nous les femmes qui essayent de se construire un bel avenir », témoigne une résidente de cette maison dont les coordonnées et l’emplacement sont tenus secret pour des questions de sécurité et de confidentialité. »

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s