Non classé

Future réforme du droit de la famille : Les enfants victimes de violence conjugale doivent être mieux protégés

Publié le

Communiqué de presse

Future réforme du droit de la famille

Montréal, le 15 mars 2019 – Ce matin à Trois-Rivières, la ministre de la Justice, Madame Sonia LeBel, a annoncé la tenue d’une consultation publique sur la réforme du droit de la famille. « Le Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale est heureux de constater que la ministre lance ainsi la démarche vers des changements législatifs. Cependant, il craint que cette réflexion collective passe sous silence les difficultés vécues par les femmes et les enfants victimes de violence conjugale suite à une séparation » commente madame Louise Riendeau, porte-parole du Regroupement.

est heureux de constater que la ministre lance ainsi la démarche vers des changements législatifs. Cependant, il craint que cette réflexion collective passe sous silence les difficultés vécues par les femmes et les enfants victimes de violence conjugale suite à une séparation » commente madame Louise Riendeau, porte-parole du Regroupement.

En introduction à son annonce, la ministre a indiqué vouloir mettre l’intérêt de l’enfant au cœur de la réforme. Cependant, toutes les propositions mises au jeu proviennent du rapport Roy et sont axées sur les obligations économiques entre les conjoints et au sein des familles. Or, tel n’est pas le seul aspect qui peut fragiliser la situation des enfants. Par exemple, pour les enfants victimes de violence conjugale, la question des droits de garde et d’accès par l’un ou l’autre des parents peut être cruciale pour leur sécurité physique et psychologique. 

À l’heure actuelle, on constate que la notion du « meilleur intérêt de l’enfant » qui devrait guider les décisions relatives à la garde, est sujette à interprétation et varie selon les valeurs des juges. Ainsi, trop souvent, le Tribunal de la famille ne tient pas compte de la présence de violence conjugale, ou des risques de poursuite de cette violence après la séparation. Il en résulte que des enfants se voient confier à un père qui a fait usage de violence envers leur mère et sont ainsi maintenus au centre de situations de harcèlement. Plusieurs recherches ont pourtant démontré que les enfants subissent les conséquences de cette violence. Il est donc primordial que le droit de la famille les protège le mieux possible.

À cet effet, le gouvernement fédéral vient d’adopter en troisième lecture un nouveau projet de Loi sur le divorce qui établit des critères pour déterminer le meilleur intérêt de l’enfant, notamment la présence de violence conjugale ou familiale. Si ces mesures ne sont pas également intégrées dans le Code civil, les enfants des couples mariés et ceux des couples en union de fait au Québec seront traités différemment au moment de décider de leur garde. La loi sur le divorce s’appliquera alors aux uns et le Code civil aux autres.

« Depuis plusieurs années déjà, nous demandons au gouvernement de mieux encadrer le concept du “meilleur intérêt de l’enfant”, comme l’ont déjà fait l’Ontario et la Colombie-Britannique. Une fois encore, nous tenterons lors de ces consultations de sensibiliser les élu.e.s à la réalité vécue par les femmes et les enfants victimes de violence conjugale », souligne Louise Riendeau.

De par sa mission d’éducation, de sensibilisation et d’action, le Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale contribue à faire évoluer les lois et les politiques afin de rendre plus adéquates les mesures de protection pour les femmes et enfants victimes de violence conjugale. Dans une perspective de prévention, il déploie un éventail de stratégies pour aider tous les acteurs de la société québécoise à mieux comprendre, dépister et agir en matière de violence conjugale. En 2016-2017, ses maisons membres ont hébergé près de 2 700 femmes et plus de 2 200 enfants. Et c’est sans compter les femmes et les enfants qui ont reçu plus de 14 000 services autres que l’hébergement (consultations externes, accompagnement, suivi post-hébergement, etc.).

Pour plus d’information :

  • Mémoire du Regroupement sur le droit de la famille, mai 2018 :

http://maisons-femmes.qc.ca/wp-content/uploads/2018/05/2018-memoire-droit-de-la-famille.pdf

  • Mémoire du Regroupement sur le projet de loi C-78 (loi modifiant la loi sur le divorce) :

http://maisons-femmes.qc.ca/wp-content/uploads/2018/11/Memoire-C-78-Regroupement-des-maisons-pour-femmes-victimes-de-violence-conjugale.pdf

— 30 —

Information :

Louise Riendeau, coresponsable des dossiers politiques –
Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale
Courriel : lriendeau@maisons-femmes.qc.ca
Cellulaire : 514 220-1057 Bureau : 514 878-9134, poste 1604
Mathilde Trou, coresponsable des dossiers politiques, chargée des communications
Courriel : mtrou@maisons-femmes.qc.ca
Bureau : 514 878-9134, poste 1603

Intervenante de nuit recherchée

Publié le

Tu as de l’expérience en intervention, tu connais la problématique de la violence conjugale et tu souhaites t’impliquer auprès des femmes ?

Viens travailler avec nous !

Nous sommes à la recherche d’une intervenante auprès des femmes pour un remplacement indéterminé de nuit à raison de 32h par semaine. L’intervenante aura également la possibilité d’avoir davantage d’heures par semaine.

Fonctions :

La personne aura à effectuer auprès des femmes et enfants hébergés les tâches suivantes :

·       L’accueil et l’hébergement

·       La relation d’aide et l’écoute active

·       La référence aux ressources

·       La gestion de crise

·       etc.

Exigences :

Diplôme d’études collégiales ou universitaires en travail social, psychologie ou éducation spécialisée, ou toute autre expérience connexe.

Sensibilisée à la problématique de la violence faite aux femmes et adhérer à l’approche féministe.  Connaissance du milieu communautaire et/ou expérience dans un organisme offrant des services similaires serait un atout. Seules les candidates féminines seront acceptées.  Cette exigence n’est en rien discriminatoire, mais plutôt liée au contexte d’intervention et à la problématique de la clientèle.

Conditions de travail :

Milieu stimulant, Salaire selon la convention, Avantages sociaux, Horaire de nuit, la semaine et la fin de semaine.

Seules les candidatures retenues seront contactées. Les candidates intéressées doivent faire parvenir leur curriculum vitae accompagné d’une lettre de motivation avant le 20 novembre 2017.

La Gigogne Inc. – Comité de sélection

C.P. 274 – Matane (Québec) G4W 3N2

 Ou par courriel au : lagigogne1980@outlook.com

Intervenante de nuit recherchée

Publié le

La Gigogne, maison d’aide et d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale et leurs enfants, est à la recherche d’une intervenante auprès des femmes pour un remplacement indéterminé de nuit à raison de 32h par semaine. L’intervenante aura également la possibilité d’avoir davantage d’heures par semaine selon les besoins.

Fonctions :
La personne aura à effectuer auprès des femmes et enfants hébergés les tâches suivantes:
• L’accueil et l’hébergement
• La relation d’aide et l’écoute active
• La référence aux ressources
• La gestion de crise
• L’écoute téléphonique, etc.

Exigences :
Diplôme d’études collégiales ou universitaires en travail social, psychologie ou éducation spécialisée, ou toute autre expérience connexe.
Sensibilisée à la problématique de la violence faite aux femmes et adhérer à l’approche féministe. Connaissance du milieu communautaire et/ou expérience dans un organisme offrant des services similaires serait un atout. Seules les candidates féminines seront acceptées. Cette exigence n’est en rien discriminatoire, mais plutôt liée au contexte d’intervention et à la problématique de la clientèle.

Conditions de travail : 
Salaire: selon la convention collective de l’organisme
Horaire de nuit, de soir, de jour, la semaine et la fin de semaine.
Seules les candidatures retenues seront contactées.
Les candidates intéressées doivent faire parvenir leur curriculum vitae avant le 20 novembre 2017 par courriel : lagigogne1980@outlook.com ou par la poste :

La Gigogne Inc.
Comité de sélection
C.P. 274
Matane (Québec) G4W 3N2

 

Offre d’emploi

Publié le

logo La Gigogne 3D_2014

La Gigogne, maison d’aide et d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale et leurs enfants, est à la recherche d’une intervenante auprès des femmes pour un remplacement indéterminé de nuit à raison de 24h par semaine. L’intervenante aura également la possibilité d’avoir davantage d’heure par semaine selon les besoins.

Fonctions :
La personne aura à effectuer auprès des femmes et enfants hébergés les tâches suivantes :
• L’accueil et l’hébergement
• La relation d’aide et l’écoute active
• La référence aux ressources
• La gestion de crise
• L’écoute téléphonique, etc.

Exigences :
Diplôme d’études collégiales ou universitaires en travail social, psychologie ou éducation spécialisée, ou tout autre expérience connexe.
Sensibilisée à la problématique de la violence faite aux femmes et adhérer à l’approche féministe. Connaissance du milieu communautaire et/ou expérience dans un organisme offrant des services similaires serait un atout. Seules les candidates féminines seront acceptées. Cette exigence n’est en rien discriminatoire, mais plutôt liée au contexte d’intervention et à la problématique de la clientèle.

Conditions de travail :

Salaire: selon la convention collective de l’organisme
Horaire de nuit, de soir, de jour, la semaine et la fin de semaine.
Seules les candidatures retenues seront contactées.
Les candidates intéressées doivent faire parvenir leur curriculum vitae avant le 1er octobre 2017.
La Gigogne Inc.
Comité de sélection
C.P. 274
Matane (Québec)
G4W 3N2

Ou par courriel au :
lagigogne1980@outlook.com

Un don pour l’Entre-Temps

Publié le Mis à jour le

Sincères remerciement à monsieur Pascal Bérubé, député de Matane-Matapédia, pour le généreux don de 200$ pour notre service l’Entre-Temps.