affaire Turcotte

Affaire Turcotte : Redonner confiance dans le système judiciaire

Publié le

« Montréal, le 14 novembre 2013 – Le Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale salue la décision de la Cour d’appel d’ordonner un nouveau procès pour Guy Turcotte. « Nous espérons que cette décision et que le procès permettra à la population, mais plus particulièrement aux victimes de violence conjugale, de retrouver confiance dans le système judiciaire », affirme la présidente du Regroupement, madame Nathalie Villeneuve.

Des victimes craintives

Rappelons que dans les semaines qui ont suivi le verdict de non-responsabilité rendu à l’égard de monsieur Turcotte, plusieurs femmes victimes de violence conjugale ont confié aux intervenantes des maisons avoir été menacées par leur conjoint ou ex-conjoint contrôlant. Plusieurs leur auraient dit : « Je vais tuer les enfants et je vais me faire passer pour fou ». Ces menaces ont augmenté les craintes et le désarroi des femmes.

Des stratégies de déresponsabilisation

Le Regroupement espère qu’un nouveau procès permettra au système de justice de montrer qu’un agresseur ne peut échapper à sa responsabilité du seul fait qu’il invoque des troubles mentaux ou l’intoxication. « Cette démonstration est d’autant plus importante que de nombreux conjoints violents tentent de justifier leurs agressions par l’abus d’alcool et de drogue », souligne madame Villeneuve. Le Regroupement espère donc que la poursuite et les experts sauront mettre en lumière si l’intoxication de monsieur Turcotte relève d’une telle stratégie.

Le Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale regroupe 45 maisons d’aide et d’hébergement réparties sur le territoire québécois. Il a pour but de sensibiliser à la violence conjugale, de défendre les droits des femmes et des enfants violentés, de représenter ses membres auprès des instances publiques et gouvernementales ».

-30-

 

Source : Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale, Nathalie Villeneuve, présidente

Pour information : Louise Riendeau, 514 220-1057 (cellulaire)

 

Paralysées par la crainte

Publié le

Nathalie Villeneuve – L’auteure est présidente du Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale. CyberpressePublié le 16 mars 2012 à 06h00

« L’affaire Guy Turcotte revient cette semaine dans l’actualité avec le lot d’émotions qu’elle suscite. Pétitions, manifestations, pages Facebook, le verdict de non-responsabilité criminelle et les travaux de la Commission d’examen des troubles mentaux continuent de susciter de vives réactions dans la population. Et encore plus, dans les maisons d’aide et d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale.

Depuis la tombée du verdict, des femmes y arrivent plus craintives. Plusieurs ont confié que leur conjoint avait menacé de porter atteinte à leur vie et celle de leurs enfants, comme l’avait fait Guy Turcotte. Les femmes se sont retrouvées paralysées par la crainte que leur ex-conjoint voie dans ce verdict le feu vert social pour mettre ses menaces à exécution. Comment les rassurer? »…

http://www.cyberpresse.ca/debats/opinions/201203/15/01-4505969-paralysees-par-la-crainte.php