commémoration Polytechnique

Pourquoi 12 jours d’action pour la violence faites envers les femmes au Québec?

Publié le Mis à jour le

Au Québec, la campagne de sensibilisation se déroule du 25 novembre au 6 décembre. Cette date correspond à la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes. Le Parlement a institué cette journée afin de commémorer la date anniversaire du meurtre de 14 jeunes femmes en 1989 à l’École Polytechnique de Montréal.

Ce geste de violence sexiste a bouleversé la population. Tous les 6 décembre, les drapeaux sont mis en berne sur les bâtiments fédéraux. La population est aussi invitée à porter le ruban blanc et à observer une minute de silence afin de commémorer les 14 victimes de Polytechnique et de prendre des engagements pour enrayer la violence faite aux femmes.

La Journée nationale permet non seulement de se recueillir un instant et de se rappeler ce triste événement, mais elle offre aussi la possibilité de se questionner sur le problème de la violence faite aux femmes et aux jeunes filles. D’où la nécessité d’adopter des mesures concrètes pour la prévenir et l’éliminer.

Le comité des 12 jours d’action contre la violence de La Gigogne

ruban blanc

Boules de Noël commémoratives

Publié le Mis à jour le

Une belle activité a eu lieu avec les femmes hébergées la semaine passée.

Avec une intervenante, les femmes ont confectionné des boules de Noël en lien avec les 12 jours d’action pour l’élimination de la violence envers les femmes.

Chacune y est allé avec son vécu, ce qui a donné toutes sortes de jolies boules de Noël : une boule tournée vers l’avenir avec des mots encourageants, une boule commémorative pour rappeler une des 14 victimes de polytechnique que l’on a connue…

Des boules très différentes et pourtant avec un quelque chose de commun : commémorer pour ne pas oublier et l’espoir d’un monde meilleur !

Boules commémoratives
Boules commémoratives

Le 6 décembre est la Journée nationale de commémoration

Publié le

Le 6 décembre est la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes au Canada.

En1989, 14 jeunes femmes qui ont perdu la vie à l’École Polytechnique de Montréal suite un acte de violence sexiste, le 6 décembre offre l’occasion de réfléchir au phénomène de la violence envers les femmes.

Dans la Matanie, La Gigogne, maison d’aide et d’hébergement pour les femmes et les enfants victimes de violence conjugale, encourage les victimes à demander de l’aide.

Quelle que soit la forme de violence, il faut en parler.  La peur, la honte ou la gêne peuvent maintenir les femmes et les filles victimes de violence dans l’isolement.  Il est important de briser le mur du silence, de se confier et d’aller chercher de l’aide.

Si une personne nous confie qu’elle vit une situation de violence conjugale, il est important d’écouter . Nous devons nous rappeler que la victime de violence fait de son mieux pour survivre dans un environnement hostile.  Nous n’avons pas à lui dire ce qu’elle doit faire ni entreprendre des démarches à sa place.

Vous avez besoin d’aide, d’accompagnement, d’un hébergement, de rencontrer une intervenante? Contactez-nous, tous les services sont gratuits et confidentiels.

La Gigogne est accessible 24 heures ,  7 jours semaine.  La violence conjugale c’est bien plus qu’un problème de couple, c’est criminel. Pour nous rejoindre : 418-562-3377

logo La Gigogne 3D_2014