registe des armes à feu

J’ai un doute j’appelle

Publié le

1 800 731-4000 (options 1-2)
UNE LIGNE CONFIDENTIELLE
Entre 8 h 30 et 16 h 30 – Il ne s’agit pas d’une ligne d’urgence.
Si vous avez des craintes pour la sécurité immédiate d’une personne, composez le 911.

Registre québécois des armes

Publié le

Les intervenantes en violence conjugale saluent le dépôt du projet de loi 20

« Montréal, le 19 février 2013 – Le Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale salue l’initiative du ministre de la Sécurité publique, M. Stéphane Bergeron, qui a déposé aujourd’hui le projet de loi sur l’enregistrement des armes à feu.  «Le geste du ministre traduit le consensus qui réunit l’ensemble des partis politiques du Québec ainsi que sa société civile» affirme Louise Riendeau, coordonnatrice des dossiers politiques au Regroupement.

Le projet de loi permettra la mise sur pied rapide du registre québécois lorsque la Cour d’appel aura rendu son jugement et que les données sur les armes déjà enregistrées seront transmises au gouvernement du Québec.

Un outil indispensable pour les victimes

Le registre permet chaque jour aux policiers de moduler leurs interventions en tenant compte de la présence des armes, notamment dans des situations de violence conjugale.  Sachant à quoi s’attendre, les policiers peuvent mieux assurer la sécurité des victimes ainsi que la leur. De plus, le registre facilite grandement l’exécution des ordonnances de saisie des armes, généralement prononcées suite à la commission d’un crime en contexte conjugal. 

Les intervenantes des maisons pour femmes victimes de violence conjugale, surtout en milieu rural, reçoivent chaque jour les confidences de femmes qui craignent que leur conjoint n’atteigne à leur vie ou à celle de leurs enfants en utilisant leur fusil de chasse.  Ces craintes sont fondées puisque près de 80% des homicides conjugaux par arme à feu sont commis avec une arme de chasse. Or, depuis l’adoption de mesures de contrôle des armes à feu, on a vu le nombre d’homicides conjugaux commis avec une arme décroître de 74%, alors que l’ensemble de ces homicides n’a diminué que de 44 %.  «Le registre concourt indéniablement à sauver des vies» souligne Louise Riendeau.

Le Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale regroupe 47 maisons d’aide et d’hébergement réparties sur le territoire québécois. Il a pour but de sensibiliser à la violence conjugale, de défendre les droits des femmes et des enfants violentés, de représenter ses membres auprès des instances publiques et gouvernementales. »

http://maisons-femmes.qc.ca/?p=1748

 

La Gigogne de Matane s’oppose à la destruction du registre des armes

Publié le Mis à jour le

La Voix gaspésienne/La Voix de la Matanie

Publié le 28 novembre 2011 à 00:00

« Un registre nécessaire
En améliorant les processus d’inspection des demandes et en rendant l’enregistrement obligatoire, rappelle La Gigogne, la Loi sur les armes à feu de 1995 a été conçue, entre autres choses, pour réduire les risques que des conjoints abusifs aient accès à des armes à feu.
Même s’il ne s’agit pas d’une panacée, selon elle, le registre est un outil important contre la violence faite aux femmes. Les policiers peuvent en tirer profit pour protéger les femmes aux prises avec des problèmes de violence conjugale. Savoir qui possède des armes à feu peut donc guider les policiers et les aider à mettre en œuvre des mécanismes de protection appropriés. Ce sont les armes à feu qui sont les plus susceptibles d’être utilisées dans les cas d’homicides de violence conjugale. »

http://lavoixgaspesienne.canoe.ca/webapp/sitepages/content.asp?contentid=216647&id=762&classif=Nouvelles